Astier mania

Alexandre Astier. À l’évocation de ce nom, beaucoup se mettent dans un état second. Normal, c’est un mec en or. Musicien, comédien, auteur, réalisateur, monteur, scénariste et humoriste, cet homme a tous les atouts pour plaire aux français. On le connait notamment pour avoir créé la série Kaamelott, où il y tient le rôle d’Arthur, diffusée largement sur M6 et Paris Première ; on ne le présente plus vraiment.
Cependant peu savent qu’il est également compositeur : de formation classique et jazz au conservatoire puis à l’American School of Modern Music, le monsieur a signé toutes les bandes originales de Kaamelott et de son dernier film, David et Madame Hansen. Cette passion de la musique, il l’a depuis l’enfance, et il a voulu faire quelque chose en rapport avec Jean-Sébastien Bach au théâtre. Rien que ça. Il faut dire que je partage avec lui un coup de poing reçu par le concerto pour deux violons en Ré mineur… Bref, Alexandre Astier incarne directement le compositeur baroque lui-même, haha même pas peur. Que ma Joie Demeure ! tourne dans toute la France depuis les premières dates au Théâtre du Rond Point au printemps dernier. Il sera à la Cité de la Musique cet automne et oh !… déjà plus de places !!

Le spectacle est à la fois drôle et grave, et le rapport avec l’homme qu’était J-S. Bach proposé par Alexandre Astier donne au spectacle une intimité privilégiée avec le compositeur. Toujours au travers de la musique, le portrait se peint au fur et à mesure : désaccords avec la hiérarchie, difficultés et lassitudes à expliquer la musique, une santé compliquée et surtout une tristesse infinie à la pensée de ses enfants décédés (ce qui, pour l’époque était plutôt commun). L’écriture ne manque pas de finesse, Astier profite de la scène pour montrer ses qualités de multi-instrumentiste et faire rire le public avec les procédés qui lui sont propres. Un moment remarquable, un succès métité !

Astier a ceci de particulier qu’il n’hésite pas à réécrire les grands à travers les histoires dans l’Histoire. Ainsi il contribue à rendre actuels les héros d’époques lointaines, en les dépeignant comme vous et moi : dans un quotidien. Culot ou génie, la question peut se poser… Mais la musicienne qui est en moi ne peut empêcher une admiration certaine pour l’homme – qui n’ouvre la bouche que pour dire des choses intelligentes, cf vidéos, interviews et contenu internet –, le créateur, et le musicien.
Un monsieur à suivre, définitivement.

 

Et pour le plaisir :

Ce contenu a été publié dans Articles (tous), Coups de cœur, Musique, Théâtre, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire