Dichotomie mère/femme

0 Flares 0 Flares ×

L’air du temps, c’est moi.

Miroir, miroir, suis-je malgré moi un pastiche des questions sociétales féministes ?
Ahlala, ce n’est pas comme si je m’étais mise volontairement dans cette situation… Laquelle ? Celle d’être ET femme, ET mère, ET salariée, ET artiste. Ben oui, c’est que qu’on nous demande ! Je m’explique.
Quand on est une fille, la “bienséance” voudrait que l’on soit féminine (comprendre au minimum s’habiller décemment et s’épiler les sourcils). Et on en a envie, bien sûr. Quand on est mère, la “bienséance” voudrait qu’on s’occupe de son enfant. Et on en a envie, naturellement. Quand on est dans le besoin financier, la “bienséance” voudrait que l’on contribue aux finances du foyer. Et on en a envie, bien évidemment. Quand on sait ce qu’on est profondément, la “bienséance” voudrait que l’on nourrisse cette part de nous-même. Et on en a envie, passionnément.
Alors, pourquoi n’y a-t-il que 24h dans une journée ? Exprès pour nous embêter, nous, les femmesépanouies-mèressacrifices-travailleusesacharnées ??

Desperate_Housewifes Est-ce qu’elles sont desperate, les housewifes ?

Mais surtout : pourquoi ai-je cette impression qu’il faut choisir entre tout cela ?

Au cours de diverses conversations, je me suis aperçue à quel point cette question du rôle que l’on a envie de jouer auprès de la société est crucial. Au foyer pour choyer son enfant ? Au boulot pour assurer le confort de l’enfant ? Dans sa passion parfois au détriment de l’enfant ? Les femmes aujourd’hui sont forcées de choisir. Je dis bien forcées. La plupart se remettent à travailler pour des questions financières et/ou individuelles – une carrière à assurer, un boulot durement obtenu à garder, un confort de vie à maintenir –, regrettant souvent amèrement de ne pas avoir plus de temps à passer avec leur progéniture. D’autres restent à la maison auprès du ou des enfant(s) au prix, généralement, d’un confort de vie matérielle très restreint et d’un épanouissement personnel frôlant une limace au galop. Youhou !

Autant vous dire que je suis très concernée par ces problèmes, puisque ce sont aussi mes problèmes ! Devenir mère est grandiose parfaitement normal. Et, bien sûr, mon bébé est parfait ♥︎ (toutes les mamans disent ça de leur bébé, c’est hormonal paraît-il). Seulement du jour au lendemain, on se retrouve à faire un choix de vie monumental : est-ce que je retravaille ou pas ?? That is ZE question !
C’est là qu’interviennent les questions sociétales féminines. Alors ? Comme ça on se débarrasse de son chiard pour aller bosser alors que la présence de la mère est PRIMORDIALE ? // Quueuaa ? Tu abandonnerais ton métier, ton activité, TA VIE pour te consacrer à ton enfant et te retrouver au chômaaaage ? Ouais ouais.
Combien de femmes dans cette situation ? Toutes, sans doute…
Vazy ‘chui une ouf je fais les deux. La “double journée” dont tout le monde parle, elle est pour ma pomme. Elle est où ma cape ?

 

 

0 Flares Facebook 0 Google+ 0 Twitter 0 Email -- 0 Flares ×
Ce contenu a été publié dans Articles (tous), Blabla et réflexions, Pérégrinations, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire