Les petites révolutions musicales #1 : STROMAE

0 Flares 0 Flares ×

Cet été a vu surgir plusieurs phénomènes musicaux. Stromae n’est certes pas né de la dernière pluie, mais il a connu ces derniers mois un succès fulgurant et une ascension à couper le souffle. Déjà en 2010 il affichait 3 millions de ventes de son album “Cheese”, et trois ans plus tard le voilà considéré comme une référence de la jeune création avec “Racine Carrée”.

Stromae

Qui a pu passer à côté de la ritournelle battante de “Papaoutai” ou de la percutante gueule de bois de “Foooooormidable” ? Difficile de ne pas entendre parler de ce belge de 28 ans, déjà comparé au grand Jacques Brel et élu petit prince de la chanson. Se baladant avec son clavier et composant ses riffs sur ordinateur, le jeune homme au look dans-l’air-du-temps semble convaincre toute une génération, voire même plusieurs. Comment expliquer cet engouement ? Certains se persuadent qu’avec ses interprétations hors-du-commun il représente à lui seul le meilleur de la chanson francophone. En effet le petit grogne, grimace, incarne, gesticule, ressent, ferme ses yeux, danse et vibre…
Pourtant, on pourrait se demander si tout cela n’est pas de l’ordre de l’imposture. Les textes sont plutôt basiques et répétitifs. La musique “boum boum” impose une ambiance largement déjà entendue, sans mentionner les thèmes musicaux qu’il pompe à droite à gauche, “Carmen” en étant le meilleur exemple. Alors oui, ses interprétations sont à tomber par terre, et il sait jouer de son timbre de voix particulier en flirtant avec le rap, mais le fond musical mérite questionnement.

 

Stromae (“maestro” en verlan, en vrai il s’appelle Paul Van Haver) a tout de même ceci d’intéressant qu’il est le premier à mixer du hip hop/électro avec des textes : Monsieur a des sujets. De vrais sujets. Quelle curieuse sensation de danser sur l’histoire d’un petit garçon abandonné par son père, ou un hommage à Cesaria Evora… Il est capable de révéler une dépréciation du monde avec une insouciance étonnante. Voilà sa grande force. Voilà la révolution. Il ne part pas dans des textes engagés + il reste dans des thématiques tout à fait accessibles + son petit look premier-de-la-classe le rapproche plus de Mika que d’Orelsan + il garde toujours une ritournelle pour chacune de ses mélodies = ce gamin a tout compris.

Maintenant, il faut que ce phénomène donne naissance à d’autres procédés créatifs, sinon cela n’aura servi qu’à nous surchauffer quelque peu les esgourdes. Stromae, c’est pas mal, ça fait bouger le popotin, ça s’écoute tranquillement, et ça se regarde dans Le Grand Journal de Canal+, mais même s’il est bon de parler de vrais sujets sans chichis, ça n’a malheureusement pas une très grande crédibilité musicale. Il est plus que probable que le phénomène s’étiole au fil du temps.

(((Eh les gens, Jacques Brel interprétait merveilleusement, c’est un fait, mais de là à être comparé à Stromae … !! STOP à cette comparaison trop flatteuse pour être vraie !!!)))

 

0 Flares Facebook 0 Google+ 0 Twitter 0 Email -- 0 Flares ×
Ce contenu a été publié dans Articles (tous), Autour de la musique, Blabla et réflexions, Musique, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Les petites révolutions musicales #1 : STROMAE

  1. danniel dit :

    Stromae c’est un tout. Certes, si on se focalise sur ses mélodies alors forcément il n’a pas plus d’intêret qu’un autre artiste. Mais quand on prend le personnage au complet, la gestuelle, les mimiques, l’inventivité (prend simplement son buzz avec “formidable”..) alors on comprend son succès. Pour moi ce mec a inventé quelque chose de nouveau, non pas avec ses textes, mais avec sa façon si particuière de les interpréter. Son succès est totallement légitime selon moi !

  2. Sylvain dit :

    Ben moi, je ne sais pas quoi dire. Si ce n’est que sa musique m’ennuie, son concept me lasse et que ses textes mindifférent…
    Oui, ce garçon a un potentiel d’acteur… Oui il vit ses textes et sa musique… Oui tout tourne autour d’un concept théatralo-musico-quelquechose… Mais bon, pas de quoi briser 38 jambes à une autruche!!!
    Il faudrait que les “musiciens” cessent de se prendre pour des artistes incontournables (Et que l’on cesse, aussi, de les y encourager).
    Bon, oui, je suis rabat-joie, mais il faut reconnaître que Rachid Ferrache, bien que parfois mal placé pour critiquer un système dont il profite pleinement, a bien raison sur certains points (Cf, son coup de gueule)…
    Allez, sur ce, bonne nuit et longue vie à vous tous…
    Sylvain.

Laisser un commentaire